dimanche 14 août 2011

Melancholia, l'art de l'essentiel

Je sors de la projection du dernier film de Lars von Trier, Melancholia. Sans doute l'un des plus beaux films de science-fiction que j'ai vus récemment. En apparence, le thème est un classique qui ne dépareillerait pas au milieu des productions Bruckenheimer : une planète vagabonde géante s'apprête à frôler la Terre et, même si les scientifiques se veulent rassurants, la survie de notre planète est loin d'être garantie. Mais le film, à l'opposé du blockbuster hollywoodien, est le superbe portrait de deux femmes et peut, au final, se résumer en une seule question : "si la fin du monde devait arriver dans quinze minutes, avec qui construiriez-vous une cabane ?". Avant d'aller voir Melancholia, je n'aurais pas imaginé que cette question puisse être si bouleversante.

Le génie de Lars von Trier s'exprime ici dans sa capacité à aller à l'essentiel, à dépouiller progressivement son film de tout ce qui en est superflu. Ainsi de l'apocalypse attendue : elle est montrée en une longue et magnifique séquence en ouverture du film, ce qui permet, à la fin, de l'évoquer en quelques secondes choc, laissant ainsi toute la place aux personnages. La partie "science" de ce film de SF est, elle aussi, réduite au strict nécessaire : toute la mécanique céleste qui va amener la fin inéluctable est portée par deux schémas vus sur ordinateur et un bout de fil de fer.

Et cependant, le film est long (plus de deux heures), parce qu'avant d'entrer dans le vif du sujet (comment les deux sœurs, l'une, Justine, dépressive, atteinte de cette mélancolie qui donne son titre au film, l'autre, Claire, pragmatique, ancrée dans le réel de sa vie de famille, vont vivre cette fin du monde), Lars von Trier passe par un premier "acte" consacré au mariage de Justine, une machine bien réglée que la maladie de la principale intéressée va faire sombrer petit à petit. De nombreux critiques ont évoqué, à ce sujet, l'ombre de Festen de Vinterberg, camarade de Dogme de Trier, mais on peut aussi y voir une réminiscence des Idiots, où déjà le réalisateur utilisait la maladie mentale pour démolir les conventions sociales.

Cette première partie prend cependant tout son sens quand approche le dénouement : elle a permis de décrire en détails la personnalité des deux sœurs, laissant alors le réalisateur se concentrer sur l'essentiel, leurs réactions face à l'approche de Melancholia.
 
Terminons sur ce sujet pour souligner combien, avec la présence de cette planète, Lars von Trier démontre que le sense of wonder n'est pas l'apanage des films hollywoodiens : les images sont de toute beauté (ha le magnifique lever de Melancholia en début de nuit...), sans que les effets ne paraissent jamais trop appuyés et la fascination des deux hommes (le mari et le fils de Claire) pour l'astre étranger fait de Melancholia un véritable film de science-fiction.



6 commentaires:

Joaquim Hock a dit…

Le sens est aussi à chercher dans le symbole et les références à la littérature et à la peinture. Le soleil noir de la mélancolie de Nerval est une piste pour comprendre tout ce que le romantisme a dit sur cette forme de renoncement par trop de lucidité. Le monde est mauvais. Pourquoi? "parce que je le sais" dit l'heroine (epoustoufflante K. Dunst) ... "Et la terre ne manquera à personne..."

Rares sont les cinéastes contemporains qui ont cette touche personnelle et cette originalité. Melancholia devrait faire taire les malheureux qui accusent (à tord) LvT de mysoginie depuis des années. Dans ce film les hommes y sont lâches, alcooliques, arrogants, idiots, faibles, nunuches, larbins.
Ce qui m'a le plus épaté c'est ce mélange si subtile et rare de réalisme et de fantastique. C'est ce qu'il y a de plus dur. Cette inquiétante étrangeté. Le fait qu'il y ait très peu d'indications de lieux, de temps est aussi très fort. Que fait le reste du monde pendant que cette planète terrifiante nous fonce dessus? Aucune indication. Tout est concentré sur cette famille coupée du monde, sur ces deux soeurs. Moins c'est plus dans ce cas-là ça ne fait aucun doute.

Cachou a dit…

A part pour les références aux autres films de Lars Von Trier, je suis étonnée de voir à quel point nos ressentis sont similaires en ce qui concerne ce film. Je suis tout à fait d'accord pour la remarque du "sense of wonder" (que j'ai moi-même appelé "vertige" dans ma critique ^_^).

JFS a dit…

@ Joaquim : Oui, d'accord avec toi. Je n'ai pas trop parlé des personnages, parce que ici, c'est un blog de SF, nom de Zeus, alors on va pas causer psychologie, mais Melancholia est un très beau double portrait de femmes, et aussi un témoignage fort sur la dépression.
Ta remarque sur le resserrement de l'histoire autour de la petite famille est très juste ; là où un blockbuster aurait multiplié les points de vue pour montrer l'apocalypse, LvT arrive à parler du monde entier en ne montrant que ses quatre personnages.

JFS a dit…

@ Cachou : Je pense que ce film-là est le plus "consensuel" de Lars von Trier (c'est d'ailleurs un peu pour ça qu'il semble le rejeter, je suppose). Mais sa grande force, c'est qu'il réussit à attirer un public assez large sans que les fans de ses films plus... radicaux (dont je suis, sauf pour "Braking the waves") ne crient à la trahison.

Tigger Lilly a dit…

J'aime beaucoup ton interprétation : ""si la fin du monde devait arriver dans quinze minutes, avec qui construiriez-vous une cabane ?". Avant d'aller voir Melancholia, je n'aurais pas imaginé que cette question puisse être si bouleversante."

C'est très juste.

JFS a dit…

@ Tigger Lilly :
Merci :-)
C'est cette fin que j'ai vraiment trouvée géniale. Au moment où on se demande comment Lars von Trier va faire pour s'en sortir autrement que par une débauche d'effets spéciaux, il y a cette idée de Justine qui a la force d'une évidence (sans parler de la petite note d'humour bienvenue : "et pourquoi pas la IXème de Beethoven ?").

Publier un commentaire

 

Blogger